Notaires.fr – Comprendre l’usufruit.



L’usufruitier dispose du droit de jouissance et d’usage du bien mais il n’en est pas le propriétaire. Attention : il ne faut pas confondre usufruit et droit d’usage et d’habitation.

Que veut dire usufruit ?­­

Prenons l’exemple d’un logement. Il faut savoir que le droit de propriété donne au propriétaire trois sortes de prérogatives :

  • le droit d’utiliser ­le logement (l’habiter),
  • le droit de percevoir les revenus du logement (le louer),
  • le droit de disposer du logement (le vendre).

Il est possible, pour le propriétaire, de séparer ces prérogatives en deux groupes :

  • d’une part l’ usufruit qui comprend le droit d’utiliser et de percevoir les revenus
  • et d’autre part la nue-propriété qui est la propriété grevée d’usufruit.

Le droit de propriété est donc la combinaison de l’usufruit et de la nue-propriété.

L’usufruit est le plus souvent viager , c’est-à-dire qu’il s’éteint par la mort de son titulaire. Il peut aussi être constitué pour une durée fixe, on parle alors d’usufruit temporaire. Celui qui a le droit d’utiliser le logement et d’en percevoir les revenus est l’usufruitier. Mais vendre le logement ne peut se faire qu’avec l’accord de l’usufruitier et du nu-propriétaire.

Il ne faut pas confondre usufruit et droit d’usage et d’habitation. Le droit d’usage et d’habitation est strictement personnel et est limité à la seule habitation du logement (sans pouvoir le louer) alors que l’usufruit est un droit réel et peut porter tant sur des immeubles que sur des meubles (ex : portefeuille de titres).

Pour lire la suite sur Notaires.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *