Immobilier : pourquoi il est de plus en plus difficile d’acheter dans le neuf.

D’après des chiffres ministériels, les mises en vente de biens immobiliers neufs proposés par les promoteurs ont chuté de 16% au troisième trimestre 2020, comparé à 2019. En conséquence, les nouveaux logements sont de plus en plus rares. Et donc de plus en plus chers ? Éléments de réponse.

La crise se poursuit dans l’immobilier neuf. Au troisième trimestre, les commercialisations de logements neufs des promoteurs ont tourné au ralenti, selon une étude* publiée par le SDES (Service des données et études statistiques) rattaché au ministère de la Transition Écologique. Seulement 24.300 biens immobiliers ont ainsi été réservés en France métropolitaine entre début juillet et fin septembre, d’après les chiffres ministériels. Certes, il s’agit d’un léger redressement par rapport au – catastrophique – deuxième trimestre 2020. Néanmoins, si l’on compare avec le troisième trimestre de 2019, les réservations ont chuté de 16%. “Il ne s’agit donc pas d’un retour à la normale pour les achats de logements neufs des ménages”, résument les auteurs de l’étude. Dans le détail, les particuliers n’ont réservé que 22.500 appartements entre juillet et septembre, soit 5.700 de moins comparé à l’année précédente. “La réduction, plus prononcée pour les studios (- 20,9 %), porte sur toutes les tailles d’appartement”, précise l’étude.

Retour haut de page